#2 Les intermédiaires de la migration

Crédit photo : Delphine Mercier, Guatemala

Rendez-vous le 7 juin 2022

  • en salle Panacée, site Saint Charles 2, Montpellier

À la suite de la première journée, le séminaire EcoMig poursuit le cycle consacré aux intermédiaires de la migration avec cette nouvelle rencontre en deux temps

Première partie : les acteurs associatifs (9h30-12h30)

Discussion assurée par Cécile Jouhanneau (MCF en sciences politiques, UM3 / ART-Dev)

Jeux d’intermédiation et de délégation chez les associations et militant.e.s de la cause des étrangers

Mathilde Pette (MCF en sociologie, UPVD / ART-Dev)

Cette communication s’intéresse aux associations et militant.e.s de la cause des étrangers et des exilés et se propose de saisir leur rôle dans l’accueil et la défense de ces populations. Les différents modes d’action mis en oeuvre (accompagnement administratif et juridique, cours de français, manifestation, hébergement, etc.) participent à la transmission de connaissances, de compétences, de discours et de représentations sociales sur l’immigration, sur la gestion qui en est faite et sur la société d’arrivée elle-même. Auprès de professionnels dont ils font parfois eux-mêmes partie (travailleurs sociaux, avocats, enseignants, etc.), les militant.e.s – salarié.e.s ou bénévoles – constituent ainsi des figures intermédiaires entre les étrangers ; l’Etat, les politiques migratoires et les différentes administrations compétentes ainsi que la société civile. Les associations sont quant à elles prises dans une position d’intermédiaire par des processus de délégation qui les amènent à participer à l’application de politiques migratoires qu’elles critiquent ou dénoncent parfois par ailleurs.

Intervenir dans l’espace du droit sans être professionnel du droit”: le cas des interprètes à la Cour nationale du droit d’asile

Anaik Pian (Professeure de sociologie, LinCS UMR 7069, Université de Strasbourg)

Depuis les années 1990, de nombreux travaux socio-anthropologiques se sont intéressés aux conditions de production du récit de l’asile. Toutefois, dans la littérature francophone en particulier, ils ont laissé dans l’ombre la question de l’interprétariat alors même que, dans l’asile, les manières de se raconter sont traversées par des enjeux socio-langagiers et politiques très forts. En croisant les apports de la sociologie des institutions, de la sociologie interactionniste et de l’anthropologie des pratiques langagières, la communication éclaire, à partir d’un terrain ethnographique, les conditions de production sociale de l’interprétariat à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Elle analyse plus particulièrement la complexité et l’ambiguïté de la place et du rôle des interprètes lors des audiences: non professionnels du droit intervenant dans l’espace du droit, les interprètes occupent une position “batarde” au sein du système de jugement de l’asile.

Deuxième partie : les migrations étudiantes (14h-17h)

Discussion assurée par Kevin Mary (MCF en géographie, UPVD / ART-Dev)

Le rôle des education agents dans le dispositif de promotion et de recrutement d’une destination alternative : le cas des mobilités étudiantes africaines vers Chypre-Nord

Théotime Chabre (Doctorant en science politique et sociologie, UMR Mesopolhis, Institut Convergences)

Au cours des vingt dernières années, la mobilité internationale pour études connaît une forte augmentation, particulièrement en provenance d’Afrique subsaharienne, accompagnée d’une restriction de l’accès aux universités des pays occidentaux et de l’émergence de destinations alternatives, portées par l’adoption locale des logiques marchandes adaptées à l’enseignement supérieur. Des logiques qui se matérialisent notamment par le recours à des intermédiaires rémunérés pour la promotion et le recrutement étudiant. Mon intervention portera sur ce recours aux intermédiaires, les conseillers en éducation (education agent), à l’appui du cas peu connu de Chypre-Nord, une destination majeure pour les étudiants subsahariens depuis la fin des années 2000. En s’inscrivant dans les travaux de Robertson (2011,2017) et de Baas (2019) qui ont recours à la notion d’industrie migratoire de la mobilité étudiante, et ceux de Alpes (2013) sur les intermédiaires professionnels de migration, mon intervention remettra d’abord le recours aux intermédiaires de recrutement dans le contexte de l’enseignement supérieur mondial. Je me concentrerai ensuite sur les trajectoires, les pratiques professionnelles et les représentations d’une catégorie spécifique de conseillers en éducation, les conseillers-étudiants (student-agents), qui forment une catégorie de professionnels controversée, marquée par l’informalité de leurs pratiques professionnelles et une relative précarité de leur statut.

Étudiants, parents d’élèves et responsables institutionnels, des intermédiaires « informels » de la mobilité internationale pour études des Maliens au Sénégal, au Maroc et en France

Niandou Touré (sociologue, enseignant à l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako (Mali), chercheur associé aux UMR CEPED et Développement et Sociétés, fellow de l’Institut convergences migrations et rédacteur en chef de la revue Migrations Société)

Avec près de 10 % d’étudiants internationaux en 2016, le Mali est assurément un pays de forte émigration pour études, à l’instar de l’ensemble du continent africain qui affiche un taux de mobilité deux fois plus élevé que la moyenne mondiale (Campus France, 2017). Cette forte mobilité des étudiants maliens est marquée, depuis une quinzaine d’années, par la diversification progressive des destinations de formation, de plus en plus de pays africains devenant d’attractives alternatives à l’Europe aux yeux des parents d’élèves et des étudiants en quête d’un enseignement de qualité et d’un titre universitaire monnayable sur le marché local de l’emploi (Touré, 2014, 2017). Le Maroc est ainsi officiellement devenu la première destination pour études des Maliens devant la France, suivie de près – si l’on en croit les enquêtés eux-mêmes – par le Sénégal, le troisième pays de formation des étudiants maliens. Dans la construction de chacune de ces routes migratoires, des intermédiaires informels, en ce sens qu’ils ne sont mandatés par aucune organisation publique ou privée, interviennent et jouent un rôle parfois déterminant dans les mobilités étudiantes. Dans cette présentation qui s’appuie sur des entretiens réalisés entre 2012 et 2019, je propose de revenir sur les trajectoires d’étudiants maliens à Dakar, Fès et Grenoble, afin d’analyser les rôles de trois catégories d’intermédiaires de la migration : des étudiants maliens des établissements supérieurs privés de Fès qui perçoivent une commission ponctuelle pour le recrutement de nouveaux étudiants ; des parents d’élèves contribuant depuis Tombouctou, région isolée au nord-est du Mali, à l’émergence d’une voie de mobilité vers Dakar ; et enfin, des responsables du ministère de l’enseignement supérieur promouvant la mise en place d’un programme de coopération culturelle d’envergure entre le Mali et les universités de Grenoble où ces cadres ont eux-mêmes été formés des décennies auparavant.

 

FORGING MEMBERSHIP: A brief account of unofficial life in Calais

Par Alessandro de Donato – tiré du mémoire de Master II écrit dans le cadre de la formation MIM

INTRODUCTION

In Calais, you can look at the border in the eye. You can see it shifting from a fence to a person, firmly attached to the ground or confidently moving in a uniform. Here, the border is made of interactions. With every expulsion, or eviction, this institution reveals its relational nature, its social roots as it were. Drawing from first-hand ethnographic material, the following article considers the France-UK border as a complex set of official and unofficial practices reifying putative social divisions. In other words, the border is here analysed in its everyday arbitrary spatialisation and categorisation of single individuals based on collectivising attributes such as the birthplace. Specifically, I argue that by studying the circumstantial formation and validation of unofficial migrant networks one may indirectly shed some light on the widespread mechanisms underpinning official State membership. Following this interpretation, it is at the margins of society, amongst the ‘excluded’, that one can catch a glimpse of the foundational nature of State responsibility, which arguably depends on two opposite evocative world views: the universalising appeal of legal codes and the exclusiveness of nationalism.

Continuer la lecture de « FORGING MEMBERSHIP: A brief account of unofficial life in Calais »

Migrations et agricultures #1

25 mars 2022 / 10h-13h

À Montpellier, salle 002 Kouros site Saint Charles 2

En visio en vous inscrivant ici :

Un nouveau cycle consacré à l’articulation entre migrations et agricultures démarre dans le cadre du séminaire EcoMig.

“Contrôle réalisé par l’inspection du travail sur une exploitation de melons en Occitanie” (Projet FINCA – 2019)

Continuer la lecture de « Migrations et agricultures #1 »

Les intermédiaires de la migration #1

7 février de 9h30 à 12h (visio)

.

Cette journée d’études sera introduite par une mise en perspective de la figure des intermédiaires dans les études migratoires, en soulignant la montée en puissance de ces acteurs à mesure de l’instauration de processus de filtrage voire de fermeture des frontières toujours plus avancés. Ces intermédiaires s’insèrent dans une économie des migrations parfois qualifiée de véritable industrie (Hernandez-Léon, 2012) et qui renvoie finalement à des logiques de marchandisation plus globales.

Continuer la lecture de « Les intermédiaires de la migration #1 »

The Proliferation of Border Practices toward Syrian Refugees in Jordan: a Case Study in Mafraq and Amman

Par Daman Singh – tiré du Mémoire écrit en 2021 dans le cadre du Master II “MIM”


Contextualisation


Since the beginning of the civil war in Syria, a large number of refugees have found shelter in Jordan and in many other neighbouring countries. Contrary to general belief, nowadays lessthan 20% of the Syrian population live within refugee camps. Of the remaining 80%, the majority live in the three main Governorates of Northern Jordan: Amman, Mafraq and Irbid (Stave and Hillesund, 2015: 6). In less than a decade the population in the cities at least doubled, causing serious implications on the already fragile situation in terms of water scarcity, unemployment, overpopulation and so on and so forth. When Syrians arrived in cities, the host contexts were already struggling with various social and economic problems, and it is easy to imagine the negative impact on city services that the influx of people has caused. In some circumstances, the Jordanian authorities and local population’s response was unsatisfactory, resulting in the growth of border practices toward Syrians. We’ll look at a few of them in this piece, which is an excerpt from a master’s thesis.

Continuer la lecture de « The Proliferation of Border Practices toward Syrian Refugees in Jordan: a Case Study in Mafraq and Amman »

Sub-Saharan students in Moroccan Private Higher Education (PHE): which migratory patterns?

Par Filippo Marinoni – tiré du mémoire Inequalities and Moroccan private higher education – Social reproduction, internationalisation and migratory patterns, écrit dans le cadre du Master II « MIM »

Context of the fieldwork and research questions:

In a historical period where South-North migrations are constantly monitored and politicised, poor attention is accorded by the public opinion and political debates to South-South migrations, which are, on the contrary, very consistent in numerical terms, as well as very useful in order to read the social, political and economic situation of the low-wage countries.

When I wrote my thesis in Morocco in spring 2021, I focused on a particular type of South-South migration, which is the student migration of young sub-Saharans towards Moroccan private higher education (PHE), thus including private universities and private professional schools.

Continuer la lecture de « Sub-Saharan students in Moroccan Private Higher Education (PHE): which migratory patterns? »

Liban, les enjeux muldimensionnels de la crise

Lundi 29 novembre / Site St Charles 1 salle 003 Caryatides / 14h30-17h30

Les Libanais sont confrontés depuis des mois à l’une des pires périodes de l’histoire récente de leur pays. Des décennies de corruption et de politiques néolibérales ont abouti à la crise globale et systémique que connait le Liban aujourd’hui : sociétale, économique, politique, environnementale et sanitaire.

“Les universités du Liban se soulèvent”
(Lama Kabbanji, Beyrouth, Novembre 2019)

Les Libanais sont confrontés depuis des mois à l’une des pires périodes de l’histoire récente de leur pays. Des décennies de corruption et de politiques néolibérales ont abouti à la crise globale et systémique que connait le Liban aujourd’hui : sociétale, économique, politique, environnementale et sanitaire. Cette table ronde vise à discuter des différentes dimensions de cette « crise ». Profitant du passage de plusieurs chercheurs libanais en France en novembre 2021, ce sera l’occasion d’analyser le contexte actuel en pointant les raisons structurelles ayant conduit à cette crise systémique et les dynamiques sociétales à l’œuvre.

Continuer la lecture de « Liban, les enjeux muldimensionnels de la crise »

Atelier de cartographie expérimentale et Séminaire

Montpellier, site de Sait-Charles 2, 2-4 novembre 2021

Les participants et participantes sont invités à travailler sur l’intention cartographique, en s’appropriant, en jouant et en détournant les codes de la cartographie, afin de construire leur propre « carte d’identité » (ou « Identity map » en anglais).

Dans le cadre du séminaire Ecomig et du programme H2020 MAGYC, Anne-Christine Bronner (UMR Sage, CNRS-Université de Strasbourg), Florence Troin (UMR CITERES, CNRS-Université de Tours) et Philippe Rekacewicz (VisionsCarto, Université d’Helsinki) animeront un Atelier de cartographie expérimentale à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 ainsi qu à la MSH-Sud (Site Saint-Charles, Montpellier), du 2 au 4 novembre 2021. Cet évènement est ouvert à toutes les disciplines (géographie, sociologie, psychologie environnementale, anthropologie, design, art, architecture, urbanisme, etc.). Les participants et participantes sont invités à travailler sur l’intention cartographique, en s’appropriant, en jouant et en détournant les codes de la cartographie, afin de construire leur propre « carte d’identité » (ou « Identity map » en anglais). Il s’agit pour eux d’utiliser le support cartographique comme base de récit de leur histoire personnelle, de leur parcours, de leurs itinéraires individuels.

Continuer la lecture de « Atelier de cartographie expérimentale et Séminaire »

EcoMig#2 – Sabra, ethnographie d’un marché

13 octobre 2020, MSH-SUD de Montpellier

Revivez l’intégralité de cette rencontre en vidéo

Interventions de Nicolas Puig (Anthropologue, IRD-URMIS) et Assaf Dahdah (Géographe, CNRS-ART Dev).

Assaf Dahdah est revenu sur l’insertion, le développement et le fonctionnement du marché bangladais de Sabra au regard des enjeux liés à la migration internationale et à la marginalité à Beyrouth. L’analyse porte sur les rapports de pouvoir à travers des interactions ordinaires et la lutte des places entre les différents protagonistes en contexte marchand.

Nicolas Puig a présenté sur une enquête conduite avec Hoda Kassatly et Michel Tabet pour établir une ethnographie multimédia du marché de Sabra. Cette enquête décrit les différentes formes de présence, les interactions et les perceptions réciproques activées par les côtoiements dans l’espace-temps du marché et distingue différentes figures de la rencontre entre Arabes et migrants.

Crédit image : Hoda Kassatly

EcoMig#1 – Réseaux migratoires & réseaux marchands. Fripes, voitures & moukassarates

 

25 février 2020

MSH-SUD de Montpellier

Deux interventions Martin Rosenfeld (Anthropologue, ULB) et David Lagarde (Géographe, LISST) discutées par Olivier Pliez (Géographe, ART-Dev).

Continuer la lecture de « EcoMig#1 – Réseaux migratoires & réseaux marchands. Fripes, voitures & moukassarates »

Économies migratoires et circulations transnationales

Le carnet rend compte des travaux menés dans le cadre des rencontres EcoMig, conjointes aux UMR ART-Dev et IRCL (Montpellier). Pour chaque rencontre est publié un billet comprenant l’enregistrement des interventions et des discussions. Les rencontres régulières (tous les 2 mois) alimentent le Carnet qui est un espace d’accumulation de connaissances en sciences humaines et sociales sur les enjeux relatifs aux économies migratoires et aux circulations transnationales.