Les intermédiaires de la migration #1

7 février de 9h30 à 12h (visio)

.

Cette journée d’études sera introduite par une mise en perspective de la figure des intermédiaires dans les études migratoires, en soulignant la montée en puissance de ces acteurs à mesure de l’instauration de processus de filtrage voire de fermeture des frontières toujours plus avancés. Ces intermédiaires s’insèrent dans une économie des migrations parfois qualifiée de véritable industrie (Hernandez-Léon, 2012) et qui renvoie finalement à des logiques de marchandisation plus globales.

Programme

Discutant : Assaf Dahdah (Géographe, Chercheur CNRS UMR ART-Dev)

Kevin Mary (Géographe, Maître de conférence, UPVD & UMR ART-Dev) :
Introduction. Les intermédiaires, acteurs au centre des migrations contemporaines

Delphine Mercier (Sociologue, Directrice de recherche, CNRS UMR LEST) :
Les faiseurs de frontières et les marchés du travail transnationaux

Plus la frontière est difficile à passer, plus l’industrialisation du passage est forte (Peraldi, 2008). On peut donc en déduire que la frontière et la gestion de ce passage, quels que soient les individus qui la traversent, est devenue une économie. Ruben Hernandez parle de l’industrie de la migration. La suspension officielle de l’immigration économique permanente a en effet renforcé l’économie du passage. En revanche, les travaux qui indiquent l’émergence ou la résurgence ainsi que la consolidation de figures professionnelles qui organisent le passage sont moins nombreux, car ils exigent d’articuler une historiographie des professions du colporteur au broker avec une sociologie des migrations, des professions et du travail ; c’est un véritable champ de la recherche à constituer. Nés de la gestion de la clandestinité, de l’économie informelle et de la gestion de l’exception, ces « professionnels » constituent aujourd’hui de vrais intermédiaires.

Discutante : Geneviève Cortes (Géographe, Professeure, UMPV & UMR ART-Dev)

Clément Lopez (Politiste, doctorant, UMR CIAMS & Université Paris Sarclay) :
Le football, producteur d’intermédiaires de la migration ? Du système global aux enjeux locaux. Enquête en France, Turquie et Côte d’Ivoire.

Cette présentation s’appuie sur des expériences professionnelles, associatives et universitaires pour analyser le phénomène de migrations de “footballeurs” africains vers l’Europe. Il s’agit d’interroger, à travers plusieurs exemples issus d’enquêtes réalisées à Paris, Istanbul et Abidjan, la capacité du football à produire des intermédiaires atypiques, ainsi que le rôle de ces derniers dans les parcours des migrants étudiés. L’analyse porte tant sur l’inscription de ces migrations dans un système footballistique globalisé (libéralisation du métier d’agent de joueur, pratiques de recrutement des clubs professionnels, etc.) que sur les conséquences de ces mutations sur les stratégies de départs et les systèmes d’acteurs locaux. (Une enquête ethnographique réalisée lors d’un tournoi de football à Istanbul témoigne par exemple de l’existence d’intermédiaires aux intérêts singuliers mais interdépendants, qui jouent un rôle déterminant dans ce “système migratoire multi-niveaux”.)

Journée organisée avec le soutien financier de l’Université de Montpellier et du programme MUSE