#2 Les intermédiaires de la migration

Crédit photo : Delphine Mercier, Guatemala

Rendez-vous le 7 juin 2022

  • en salle Panacée, site Saint Charles 2, Montpellier

À la suite de la première journée, le séminaire EcoMig poursuit le cycle consacré aux intermédiaires de la migration avec cette nouvelle rencontre en deux temps

Première partie : les acteurs associatifs (9h30-12h30)

Discussion assurée par Cécile Jouhanneau (MCF en sciences politiques, UM3 / ART-Dev)

Jeux d’intermédiation et de délégation chez les associations et militant.e.s de la cause des étrangers

Mathilde Pette (MCF en sociologie, UPVD / ART-Dev)

Cette communication s’intéresse aux associations et militant.e.s de la cause des étrangers et des exilés et se propose de saisir leur rôle dans l’accueil et la défense de ces populations. Les différents modes d’action mis en oeuvre (accompagnement administratif et juridique, cours de français, manifestation, hébergement, etc.) participent à la transmission de connaissances, de compétences, de discours et de représentations sociales sur l’immigration, sur la gestion qui en est faite et sur la société d’arrivée elle-même. Auprès de professionnels dont ils font parfois eux-mêmes partie (travailleurs sociaux, avocats, enseignants, etc.), les militant.e.s – salarié.e.s ou bénévoles – constituent ainsi des figures intermédiaires entre les étrangers ; l’Etat, les politiques migratoires et les différentes administrations compétentes ainsi que la société civile. Les associations sont quant à elles prises dans une position d’intermédiaire par des processus de délégation qui les amènent à participer à l’application de politiques migratoires qu’elles critiquent ou dénoncent parfois par ailleurs.

Intervenir dans l’espace du droit sans être professionnel du droit”: le cas des interprètes à la Cour nationale du droit d’asile

Anaik Pian (Professeure de sociologie, LinCS UMR 7069, Université de Strasbourg)

Depuis les années 1990, de nombreux travaux socio-anthropologiques se sont intéressés aux conditions de production du récit de l’asile. Toutefois, dans la littérature francophone en particulier, ils ont laissé dans l’ombre la question de l’interprétariat alors même que, dans l’asile, les manières de se raconter sont traversées par des enjeux socio-langagiers et politiques très forts. En croisant les apports de la sociologie des institutions, de la sociologie interactionniste et de l’anthropologie des pratiques langagières, la communication éclaire, à partir d’un terrain ethnographique, les conditions de production sociale de l’interprétariat à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Elle analyse plus particulièrement la complexité et l’ambiguïté de la place et du rôle des interprètes lors des audiences: non professionnels du droit intervenant dans l’espace du droit, les interprètes occupent une position “batarde” au sein du système de jugement de l’asile.

Deuxième partie : les migrations étudiantes (14h-17h)

Discussion assurée par Kevin Mary (MCF en géographie, UPVD / ART-Dev)

Le rôle des education agents dans le dispositif de promotion et de recrutement d’une destination alternative : le cas des mobilités étudiantes africaines vers Chypre-Nord

Théotime Chabre (Doctorant en science politique et sociologie, UMR Mesopolhis, Institut Convergences)

Au cours des vingt dernières années, la mobilité internationale pour études connaît une forte augmentation, particulièrement en provenance d’Afrique subsaharienne, accompagnée d’une restriction de l’accès aux universités des pays occidentaux et de l’émergence de destinations alternatives, portées par l’adoption locale des logiques marchandes adaptées à l’enseignement supérieur. Des logiques qui se matérialisent notamment par le recours à des intermédiaires rémunérés pour la promotion et le recrutement étudiant. Mon intervention portera sur ce recours aux intermédiaires, les conseillers en éducation (education agent), à l’appui du cas peu connu de Chypre-Nord, une destination majeure pour les étudiants subsahariens depuis la fin des années 2000. En s’inscrivant dans les travaux de Robertson (2011,2017) et de Baas (2019) qui ont recours à la notion d’industrie migratoire de la mobilité étudiante, et ceux de Alpes (2013) sur les intermédiaires professionnels de migration, mon intervention remettra d’abord le recours aux intermédiaires de recrutement dans le contexte de l’enseignement supérieur mondial. Je me concentrerai ensuite sur les trajectoires, les pratiques professionnelles et les représentations d’une catégorie spécifique de conseillers en éducation, les conseillers-étudiants (student-agents), qui forment une catégorie de professionnels controversée, marquée par l’informalité de leurs pratiques professionnelles et une relative précarité de leur statut.

Étudiants, parents d’élèves et responsables institutionnels, des intermédiaires « informels » de la mobilité internationale pour études des Maliens au Sénégal, au Maroc et en France

Niandou Touré (sociologue, enseignant à l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako (Mali), chercheur associé aux UMR CEPED et Développement et Sociétés, fellow de l’Institut convergences migrations et rédacteur en chef de la revue Migrations Société)

Avec près de 10 % d’étudiants internationaux en 2016, le Mali est assurément un pays de forte émigration pour études, à l’instar de l’ensemble du continent africain qui affiche un taux de mobilité deux fois plus élevé que la moyenne mondiale (Campus France, 2017). Cette forte mobilité des étudiants maliens est marquée, depuis une quinzaine d’années, par la diversification progressive des destinations de formation, de plus en plus de pays africains devenant d’attractives alternatives à l’Europe aux yeux des parents d’élèves et des étudiants en quête d’un enseignement de qualité et d’un titre universitaire monnayable sur le marché local de l’emploi (Touré, 2014, 2017). Le Maroc est ainsi officiellement devenu la première destination pour études des Maliens devant la France, suivie de près – si l’on en croit les enquêtés eux-mêmes – par le Sénégal, le troisième pays de formation des étudiants maliens. Dans la construction de chacune de ces routes migratoires, des intermédiaires informels, en ce sens qu’ils ne sont mandatés par aucune organisation publique ou privée, interviennent et jouent un rôle parfois déterminant dans les mobilités étudiantes. Dans cette présentation qui s’appuie sur des entretiens réalisés entre 2012 et 2019, je propose de revenir sur les trajectoires d’étudiants maliens à Dakar, Fès et Grenoble, afin d’analyser les rôles de trois catégories d’intermédiaires de la migration : des étudiants maliens des établissements supérieurs privés de Fès qui perçoivent une commission ponctuelle pour le recrutement de nouveaux étudiants ; des parents d’élèves contribuant depuis Tombouctou, région isolée au nord-est du Mali, à l’émergence d’une voie de mobilité vers Dakar ; et enfin, des responsables du ministère de l’enseignement supérieur promouvant la mise en place d’un programme de coopération culturelle d’envergure entre le Mali et les universités de Grenoble où ces cadres ont eux-mêmes été formés des décennies auparavant.

 



Citer ce billet
Assaf Dahdah (2022, 28 avril). #2 Les intermédiaires de la migration. Entre business mondialisé et pratiques localisées. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0ut

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search