Frontières, migrations et liens sociaux : regards croisés sur le Mexique, à 15 années d’intervalle

Fresque murale devant l’entrée d’un terrain occupé par un groupe indien à Mexico, Anna Perraudin, 2015

RDV le 19 janvier, de 9h à 12h, à Montpellier

Site St Charles 2, salle Panathénées 006

et en visio sur le lien suivant : cliquez ICI

Les migrations centraméricaines d’une part, celles des populations dites indiennes d’autre part : les objets des recherches doctorales de Michelle Salord et Anna Perraudin ne révèlent pas seulement deux facettes des migrations au Mexique. Elles éclairent aussi la rapidité des reconfigurations migratoires latino-américaines vers les Etats-Unis ces deux dernières décennies, et l’évolution des approches scientifiques du phénomène. Tout en discutant des dynamiques communes aux deux recherches – la conduite du projet migratoire et le déploiement des mobilités, les appartenances sociales contraintes ou redéfinies, les liens sociaux mobilisés en migration – dynamiques cernées dans les deux cas par des approches ethnographiques multisituées, immersives – cette séance sera ainsi l’occasion d’analyser à la fois les évolutions des migrations au Mexique sous l’effet des politiques migratoires régionales, et celles des études migratoires.

Avec les interventions suivantes :

A la recherche de la juste distance avec la communauté ethnique. Les migrations indiennes depuis les villes mexicaines

Anna Perraudin, Chargée de recherche CNRS, UMR CITERES

Au cours des années 2000, de nombreuses personnes mexicaines identifiées comme « indiennes », jusqu’alors plutôt engagées dans des migrations internes vers les villes mexicaines, alimentent une migration vers les Etats-Unis en plein essor. Leur expérience d’insertion urbaine, fortement marquée par les discriminations, oriente-t-elle leur projet migratoire vers les Etats-Unis? Comment les individus composent-ils avec des liens ethniques qui peuvent faire ressource autant que nourrir le contrôle sociale et l’expérience de la stigmatisation ?  Fondée sur une enquête ethnographique multisituée menée entre 2003 et 2009 au Mexique et aux Etats-Unis, cette présentation s’interrogera sur les recompositions des frontières ethniques en migration, à la lumière des politiques migratoires et des politiques multiculturelles.

Mobilités humaines au Mexique et en Mésoamérique : économies relationnelles et affectives dans des contextes incertains

Michelle Salord, docteure en anthropologie, Université Paris-Diderot, Institut des Amériques et CEMCA.

Le Mexique est un pays de départ migratoire, mais également un pays de transit et d’installation plus ou moins forcée. Le contexte de mobilité se caractérise alors par une violence sociale et systémique extrêmement forte ainsi que par des politiques migratoires de plus en plus strictes et mortifères. En effet, depuis la fin du XXe siècle, d’imposants dispositifs de surveillance et de sécurité ont transformé non seulement la frontière nord du Mexique, celle qui est partagée avec les États-Unis, mais également l’entièreté du territoire mésoaméricain. Ces éléments qui dépeignent un véritable processus de verticalisation de frontière nous questionnent au regard des migrants provenant d’Amérique Centrale qui passent par le Mexique avec comme destination les États-Unis. Car en dépit des risques et des entraves, les centraméricain-es n’ont cessé de migrer vers le Nord. Cette présentation basée sur ma recherche doctorale et sur des séjours ethnographiques réalisés entre 2017 et 2021 permettra de présenter les savoir-migrer et les tactiques de mobilité employés par les acteurs migrants ainsi que leurs expériences de blocage sur le territoire mexicain. L’objectif sera alors de mettre en lumière les formes de sociabilité et du tissu social présents dans les processus migratoires au Mexique et en Mésoamérique ainsi que les mécanismes d’individuation dans ces contextes de violences, d’incertitudes et de migrations irrégulières transnationales.

La séance sera discutée par Françoise Lestage, Anthropologue, UMR URMIS.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Assaf Dahdah (2 janvier 2024). Frontières, migrations et liens sociaux : regards croisés sur le Mexique, à 15 années d’intervalle. Entre business mondialisé et pratiques localisées. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf6l


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search