Les intermédiaires de la migration #3

Jeudi 10 novembre

Crédit photo : Delphine Mercier, Guatemala

3e séance du cycle des intermédiaires de la migration, le jeudi 10 novembre 2022 de 9h30 à 12h30 en salle 003-Caryatides sur le site St Charles 2 (Université Paul-Valéry Montpellier3)

Le détachement dans la construction navale : un recours récent mais structurel à la main-d’œuvre étrangère


Sara Casella Colombeau (politiste, Univ. Grenoble-Alpes/ILCEA4, ICM)
Jean-Marie Pillon (sociologue, Univ. Paris Dauphine, Irisso)

À partir d’une enquête de terrain réalisée dans l’un des derniers bastions de l’industrie navale française, à Saint-Nazaire, l’équipe Recodeta réinscrit le recours aux travailleurs détachés dans une socio-histoire de la construction navale. Depuis les années 2000, la gestion de la main d’œuvre aux chantiers de l’Atlantique est marquée par le recours croissant à la main-d’œuvre étrangère favorisée par le développement de la sous-traitance internationale en chaîne. Aujourd’hui, le détachement est un rouage structurel de l’organisation des chantiers il constitue même, de l’avis de certains acteurs patronaux et politiques, la planche de salut des chantiers de Saint-Nazaire. À la croisée d’une analyse des changements productifs et de l’organisation du travail sur les chantiers et des modalités du recours à la main-d’œuvre étrangère, l’enquête contribue à la compréhension des transformations des politiques d’immigration de travail en France et en Europe. Le détachement, conséquence et condition d’un recours structurel à la sous-traitance dans l’industrie relève pleinement d’une forme de « délocalisation sur place ». La discussion sera l’occasion d’interroger les propriétés spécifiques de cette forme de mobilisation d’une main-d’œuvre étrangère par rapport à des formes plus canoniques de la migration de travail, au regard notamment de la place de la régulation étatique et de la capacité pour les employeurs à contrôler la mobilité du travail.

De l’héroïsation des passeurs djiboutiens : les aventures racontées comme voie de carrière de l’illicite

Alexandre Lauret (géographe, Univ. Paris 8, Ladyss)

Les territoires afars du Nord de Djibouti se situent sur la route migratoire qui relie l’Éthiopie à l’Arabie saoudite, en passant par Djibouti et le Yémen. Durant la décennie 2010, ce sont plus d’un million de migrants éthiopiens qui ont traversé le détroit de Bab el Mandeb pour tenter leur chance dans la péninsule Arabique. L’augmentation du nombre de migrants s’explique par différentes causes socio-économiques et politiques entre l’Éthiopie et l’Arabie saoudite. Cette augmentation s’explique surtout par la mise en connexion de différents réseaux de passeurs sur ces quatre États. Ainsi, les différents convois de migrants sont transportés d’un relais à un autre. Cette contribution analyseles liens qui existent entre modalités de recrutement des nouvelles générations de passeurs et la mise en récit des «aventures» des anciens passeurs. Autrement dit, les nouveaux passeurs décident de le devenir en écoutant les actes héroïques et les récits mythifiés des anciens passeurs. Si l’acte de migrer est souvent décrit à travers le prisme de l’aventure (Bredeloup, 2004, 2021), cette contribution souhaite montrer que l’acte de passer peut représenter aussi une aventure pour les personnes en charge de transporter les convois de migrants. Pour ce faire, cet article se base sur des données empiriques récoltées entre 2018 et 2021 dans le cadre d’un doctorat portant sur trafic de migrants à Djibouti et sur la carrière de passeur. Ainsi, trois idées principales structurent ce document. Premièrement, il s’agit de comprendre comment ces récits transforment les anciens passeurs en héros locaux à travers différents actes allant de la générosité à la bravoure à l’image d’autres contextes africains comme celui des Feymen(Malaquais, 2001). Deuxièmement, il faut comprendre que ces récits ne sont pas tant géographiques que politiques, ils s’inscrivent dans un contexte d’affrontements indirects avec l’État qui placent le passeur comme un acteur de la ruse. Enfin, les nouveaux recrutements permis à travers ces récits ont une dimension performative, notamment dans l’art de se comporter comme passeur au nord de Djibouti.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search